Notre Père Céleste est un Dieu d’éternité pour qui « un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour » (2 Pierre 3.8) En attendant de contempler à ses côtés l’infinité de l’existence, notre quotidien est invariablement soumis aux  « tic, tac » de l’horloge de la vie. Comment bien gérer chaque jour les vingt-quatre heures qui nous sont imparties? Comment définir nos priorités? Travail, ministère, famille, temps d’intimité avec Dieu… On vous donne 5 actions concrètes à mettre en pratique pour bien gérer votre temps. Vous êtes prêts?

  1. Revoir vos priorités !

 A l’image de notre Grand Horloger qui n’agit jamais sans “planning”, apprendre à connaître nos priorités, c’est prendre connaissance de l’agenda divin  et vivre en alignement avec les prérogatives de Dieu. Comment? C’est simple : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » nous dit Jésus (Matthieu 6:33). Autrement dit, faites-Lui la part belle dans votre vie: recherchez sa présence, sondez sa pensée, aspirez à ses voies. Car de Lui dépend toute chose : votre provision financière, vos projets d’avenir ou encore votre vie familiale. En mettant Dieu en pôle position de votre « check list », vous saurez discerner ce qui est véritablement prioritaire de ce qui semble urgent à vos yeux. Souvenez-vous des paroles de Jésus adressées à une Marthe affairée, frustrée et prisonnière de son esprit exacerbé du service: « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et t’agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part qui ne lui sera point ôtée » (Luc 10.41-42) faisant référence à sa sœur qui préférait demeurer aux pieds du maître et boire ses paroles. Vous aussi, choisissez la bonne part !

  1. Savoir dire adieu à la procrastination et pour de bon !

La procrastination est l’ennemie numéro un de notre emploi du temps. Si vous avez tendance à systématiquement tout remettre au lendemain, sachez que vous pouvez y remédier. Tout part d’une décision ! Soyez déterminé à mener à bien tout ce que vous entreprenez au cours votre journée! Sauf cas d’urgence, tremblement de terre ou catastrophe nucléaire, tenez-vous en strictement à l’ordre du jour. Aussi, ayez une juste estimation du temps que vous consacrerez à chacune de vos tâches. Privilégiez le réalisme à l’ambition d’une « to do list » trop exhaustive que vous ne serez probablement pas en mesure d’honorer dans les vingt-quatre heures imparties à votre journée. Fragmenter les grosses missions en petits objectifs atteignables. Autant de petites habitudes à adopter qui vous aideront à procéder pas à pas. Le résultat? Le sentiment gratifiant d’une journée efficiente et accomplie !

  1.  Apprendre à dire non !

Si votre nature dévouée, conciliante et volontaire fait de vous une personne largement sollicitée, savoir décliner le dossier de dernière minute votre patron, c’est également employer votre temps avec sagesse. Ai-je véritablement le temps d’honorer cet engagement ? Dire « oui » génère t-il en moi frustration et contrainte ou de l’enthousiasme ? Cette proposition s’inscrit-elle dans la volonté de Dieu pour moi ? Parfois, ne pas oser dire « non » renvoie à la peur du rejet ou celle de décevoir. Cette blessure fondamentale de l’âme ravivée  à chaque décision est fondée sur un mensonge, impactant jusqu’à nos relations interpersonnelles et nos choix quotidiens : l’angoisse de ne pas être aimé. De plus, dans une société moderne hyper concurrentielle et hyper-performante, la politique du « oui » semble être de mise pour ne pas se voir disqualifié professionnellement. Dieu vous aime pour ce que vous êtes et non pour ce que vous faîtes. Y compris vos œuvres en faveur de Son royaume. Fort(e) de cette révélation, affirmez-vous dans votre identité sans crainte du rejet. N’oubliez pas : les priorités des autres ne sont pas nécessairement les vôtres.

  1.  Prendre quelques instants de réflexion avant de passer à l’action !

 Une décision prise dans la précipitation, sous le coup de l’émotion et hop, vous voici durablement lié à un engagement. Alors que la Parole de Dieu nous enseigne que « le cœur du juste médite pour répondre » (proverbes 28.15), votre parole et vous ne faites qu’un !  Aussi, dans chacun de vos décisions, prenez le temps de la réflexion! Ne répondez pas à une situation sur une impulsion émotionnelle, aussi positive soit-elle. Consultez en tout temps le Seigneur et soyez conduit  par Son Esprit qui vous instruira dans toutes vos décisions. La sagesse est de ne pas se fier à nos perceptions mais être dépendant et obéissant. Des charges exorbitantes, une infiltration d’eau, quelques malfaçons dissimulées et voilà que votre nouvelle maison, achetée sur un coup de cœur se transforme en un fardeau dont vous vous seriez certainement passé.

  1.  Apprendre à déléguer !

A mesure que le Seigneur vous érigera en position de leadership,dans votre travail, dans votre famille, dans son ministère,  vos responsabilités croîtront. Au cadran, le nombre d’heures dans votre journée, quant à lui, restera toujours de 24H ! Au risque de sombrer dans l’affairisme et d’affecter ce qui est véritablement essentiel (époux(se), enfants, temps d’intimité avec Dieu), apprenez à déléguer! Communiquez à vos subordonnées vos exigences et votre désir d’excellence, formez-les de sorte qu’ils puissent être parfaitement autonomes en votre absence. Faites preuves d’indulgence et de patience envers les autres si vous constatez que le résultat n’est pas tel que vous l’espériez. Admettez qu’il soit simplement différent. Enfin, demandez  au Seigneur de vous amener la personne la plus qualifiée. Dieu a souhaité que nos vies soient basées sur le principe divin d’interdépendance de sorte que nous vivions dans l’unité en mettant à profit nos compétences pour l’intérêt collectif. Quelque soit votre responsabilité, vous n’êtes pas seul !

Ressources
& témoignages



Vie Chrétienne
Vivre dans sa grâce – Monique Sebilleau

Jésus nous appelle à bâtir avec de l’or, de l’argent et des pierres précieuses. Au travers de ce vibrant message le Pasteur Monique Sébilleau dévoile l'esprit légaliste qui peut exister dans l'église et chez les chrétiens. L'esprit du propre juste qui trouve sa force dans la loi alors que l'esprit de Christ est un esprit d'humilité qui vient de la grâce. Sortez donc de la loi pour jouir de la grâce de Dieu dans votre vie !

En savoir plus
Vie Chrétienne
Priez pour entrer dans votre nouvelle dimension – Cassiaus Farrell

Le diable est déterminé à vous garder dans ses chaînes. Or dans ce puissant message de l'Apôtre Cassuius Farrell,  vous allez être encourager à vous approcher du Saint-Esprit, à apprendre à dépendre de Lui et à faire de Lui votre Ami pour entrer dans une nouvelle dimension de prière. Ce n'est que par la prière que Dieu va ouvrir les portes fermées, vous délivrer totalement et mettre en œuvre Son Plan dans votre vie. A écouter et réécouter vite !

En savoir plus
Foi
La résurrection de Jésus nous donne foi et espoir – Dorothée Rajiah

Pâques représente pour les chrétiens du monde entier un jour de victoire parce qu'ils célèbrent la Résurrection de Jésus, force même de l'Évangile. En 6 points, Pasteur Dorothée Rajiah vous permet de découvrir en quoi la Résurrection deJésus-Christ est le fondement de notre foi et l’assurance de l'accomplissement des promesses de Dieu en ce qui concerne notre salut, le retour de Christ, la Résurrection des morts et l'enlèvement.

En savoir plus
Vie Chrétienne
5 règles imparables pour mieux gérer son temps

Notre Père Céleste est un Dieu d’éternité pour qui « un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour » (2 Pierre 3.8) En attendant de contempler à ses côtés l’infinité de l’existence, notre quotidien est invariablement soumis aux  « tic, tac » de l’horloge de la vie. Comment bien gérer chaque jour les vingt-quatre heures qui nous sont imparties? Comment définir nos priorités? Travail, ministère, famille, temps d’intimité avec Dieu... On vous donne 5 actions concrètes à mettre en pratique pour bien gérer votre temps. Vous êtes prêts? Revoir vos priorités !  A l’image de notre Grand Horloger qui n’agit jamais sans “planning”, apprendre à connaître nos priorités, c’est prendre connaissance de l’agenda divin  et vivre en alignement avec les prérogatives de Dieu. Comment? C’est simple : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » nous dit Jésus (Matthieu 6:33). Autrement dit, faites-Lui la part belle dans votre vie: recherchez sa présence, sondez sa pensée, aspirez à ses voies. Car de Lui dépend toute chose : votre provision financière, vos projets d’avenir ou encore votre vie familiale. En mettant Dieu en pôle position de votre « check list », vous saurez discerner ce qui est véritablement prioritaire de ce qui semble urgent à vos yeux. Souvenez-vous des paroles de Jésus adressées à une Marthe affairée, frustrée et prisonnière de son esprit exacerbé du service: « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et t’agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part qui ne lui sera point ôtée » (Luc 10.41-42) faisant référence à sa sœur qui préférait demeurer aux pieds du maître et boire ses paroles. Vous aussi, choisissez la bonne part ! Savoir dire adieu à la procrastination et pour de bon ! La procrastination est l’ennemie numéro un de notre emploi du temps. Si vous avez tendance à systématiquement tout remettre au lendemain, sachez que vous pouvez y remédier. Tout part d’une décision ! Soyez déterminé à mener à bien tout ce que vous entreprenez au cours votre journée! Sauf cas d’urgence, tremblement de terre ou catastrophe nucléaire, tenez-vous en strictement à l’ordre du jour. Aussi, ayez une juste estimation du temps que vous consacrerez à chacune de vos tâches. Privilégiez le réalisme à l’ambition d’une « to do list » trop exhaustive que vous ne serez probablement pas en mesure d’honorer dans les vingt-quatre heures imparties à votre journée. Fragmenter les grosses missions en petits objectifs atteignables. Autant de petites habitudes à adopter qui vous aideront à procéder pas à pas. Le résultat? Le sentiment gratifiant d’une journée efficiente et accomplie !  Apprendre à dire non ! Si votre nature dévouée, conciliante et volontaire fait de vous une personne largement sollicitée, savoir décliner le dossier de dernière minute votre patron, c’est également employer votre temps avec sagesse. Ai-je véritablement le temps d’honorer cet engagement ? Dire « oui » génère t-il en moi frustration et contrainte ou de l’enthousiasme ? Cette proposition s’inscrit-elle dans la volonté de Dieu pour moi ? Parfois, ne pas oser dire « non » renvoie à la peur du rejet ou celle de décevoir. Cette blessure fondamentale de l’âme ravivée  à chaque décision est fondée sur un mensonge, impactant jusqu’à nos relations interpersonnelles et nos choix quotidiens : l’angoisse de ne pas être aimé. De plus, dans une société moderne hyper concurrentielle et hyper-performante, la politique du « oui » semble être de mise pour ne pas se voir disqualifié professionnellement. Dieu vous aime pour ce que vous êtes et non pour ce que vous faîtes. Y compris vos œuvres en faveur de Son royaume. Fort(e) de cette révélation, affirmez-vous dans votre identité sans crainte du rejet. N’oubliez pas : les priorités des autres ne sont pas nécessairement les vôtres.  Prendre quelques instants de réflexion avant de passer à l’action !  Une décision prise dans la précipitation, sous le coup de l’émotion et hop, vous voici durablement lié à un engagement. Alors que la Parole de Dieu nous enseigne que « le cœur du juste médite pour répondre » (proverbes 28.15), votre parole et vous ne faites qu’un !  Aussi, dans chacun de vos décisions, prenez le temps de la réflexion! Ne répondez pas à une situation sur une impulsion émotionnelle, aussi positive soit-elle. Consultez en tout temps le Seigneur et soyez conduit  par Son Esprit qui vous instruira dans toutes vos décisions. La sagesse est de ne pas se fier à nos perceptions mais être dépendant et obéissant. Des charges exorbitantes, une infiltration d’eau, quelques malfaçons dissimulées et voilà que votre nouvelle maison, achetée sur un coup de cœur se transforme en un fardeau dont vous vous seriez certainement passé.  Apprendre à déléguer ! A mesure que le Seigneur vous érigera en position de leadership,dans votre travail, dans votre famille, dans son ministère,  vos responsabilités croîtront. Au cadran, le nombre d’heures dans votre journée, quant à lui, restera toujours de 24H ! Au risque de sombrer dans l’affairisme et d’affecter ce qui est véritablement essentiel (époux(se), enfants, temps d’intimité avec Dieu), apprenez à déléguer! Communiquez à vos subordonnées vos exigences et votre désir d’excellence, formez-les de sorte qu’ils puissent être parfaitement autonomes en votre absence. Faites preuves d’indulgence et de patience envers les autres si vous constatez que le résultat n’est pas tel que vous l’espériez. Admettez qu’il soit simplement différent. Enfin, demandez  au Seigneur de vous amener la personne la plus qualifiée. Dieu a souhaité que nos vies soient basées sur le principe divin d’interdépendance de sorte que nous vivions dans l’unité en mettant à profit nos compétences pour l’intérêt collectif. Quelque soit votre responsabilité, vous n’êtes pas seul !

En savoir plus
Vie Chrétienne
3 clés pour aller au-delà de tes limites et développer une mentalité de champion

La conférence des jeunes « Beyond » arrive à grand pas. Que vous soyez jeunes ou moins jeunes, tout est une question d’esprit hein ! Voici 3 clés pour grimper au succès. 1 / Que ton âge ne te limite pas ! Quand Christ a bouleversé ma vie, cette question me trottait dans la tête : ne suis-je pas trop jeune pour le vivre ? De mes jeunes printemps, vous m’auriez parlé de Dieu et je vous aurais vite fait rétorqué : « laissez-moi vivre ! ». Je n’avais en tête que les inconvénients, devoir laisser ma vie, mes sorties, mes débauches, aller en boîte de nuit. Tout cela était la vie que je menais et elle semblait y avoir un sens. Pensais-je : « j’ai encore le temps ! Dieu on verra cela plus tard. » J’ignorais à mes dépens que la plus belle des vies était en Jésus-Christ. Et quand le feu de Dieu a commencé à brûler en moi, je ne me sentais pas légitime de porter sa vision. « J’étais trop jeune, trop jeune pour être un leader ? trop jeune pour m’engager ? trop jeune pour être un bâtisseur ? Je n’y voyais que mes manquements. Et là, Dieu est intervenu, et Il a parlé à mon cœur : « Je connais ton âge, mais c’est ton cœur plein de zèle que je vois en premier. Je t’ai appelé à me servir et moi-même je t’équiperai, car c’est moi qui dispose dans les cœurs le vouloir et le faire. » Vous doutez encore que Dieu veut vous utiliser ? Regardez ce qu’il a dit à Jérémie dans Jérémie 1 :7 : « Et l'Eternel me dit : Ne dis pas: Je suis un enfant. Car tu iras vers tous ceux auprès de qui je t'enverrai, et tu diras tout ce que je t'ordonnerai. » Soyez encouragé à contribuer à l’œuvre de Christ, nous sommes son corps, nous avons notre part à y apporter. 2 / Ne laisse pas les gens te définir « Que personne ne méprise ta jeunesse ; mais sois un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté » 1 Timothée 4 Beaucoup de personnes s’évertuent à nous décourager et à nous porter des paroles d’abattement : « tu n’y arriveras jamais ? tu n’es pas assez doué ? étudie d’abord on verra ensuite ! ». Au-delà même de l’Église, la société actuelle nous divise entre les jeunes, les adultes, les enfants, les vieux, les critères s’enchaîent. Cette hiérarchie ne fonctionne pas dans le Royaume de Dieu !  Tout le monde est héritier, tout le monde à sa part et son importance. Nous sommes complémentaires les uns avec les autres ! « C'est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux. » Matthieu 18 :24 Ton âge ne mesure pas ton élection !! L’âge est aussi une notion délicate quand vient l’heure de se marier. Mais qui dicte nos choix ? Pourquoi se marier dans son jeune âge serait moins prestigieux qu’un mariage à un âge avancé ? Mais, qui nous dicte ces lois ? Rien n’établit sur cette terre la capacité des uns et des autres à se lier dans un mariage. Sur le chapitre du mariage dans 1 Corinthiens 7, il n’est nullement mentionné qu’une condition d’âge était requise pour y accéder. Le Seigneur Dieu Tout Puissant dans sa grande bonté nous a donné des potentiels extraordinaires, de la créativité mais surtout de l’originalité. Tout cela est en toi ! A 5ans, à 13ans, à 18ans… explore ce à quoi Dieu t’appelle !! 3/ Ne pense pas que tu pourras y arriver seul Ainsi, crois-le, notre seul critère de réussite ne tient qu’à une chose ! A quoi tient-il ? Ni à notre couleur de peau, ni à nos expériences, ni à notre sexe et encore moins à notre âge. Ce qui compte c’est que Dieu est avec nous, nous accompagnant sur le chemin de l’exploit et de la réussite. Il nous guide comme un enfant guidé par son père. Si tu es un enfant, il te mènera, si tu es jeune, il te mènera… Nous sommes tous limités, c’est une réalité, mais Dieu Lui-même et en personne, nous fait franchir toutes ces limites, toutes ces choses qui te semblent être des obstacles. « L'ange de l'Eternel lui apparut, et lui dit : L'Eternel est avec toi, vaillant héros ! » Juges 6 :4 Qu’avait-il de vaillant ce Gédéon pour que Dieu l’en nomme ainsi ? Absolument aucune expérience de plus que toi, mais la seule chose dont il était sûr est que Dieu était son bouclier. Rien n’est impossible à Dieu, alors imagine, quand il est avec nous, je te donne la réponse : RIEN NE NOUS EST IMPOSSIBLE. La Bible regorge de jeunes hommes et de jeunes enfants qui ont fait des exploits extraordinaires, qui ont marchés avec le Seigneur et qui ont bénéficiés de sa grandeur. Ne te décourages pas ! David était un enfant et aujourd’hui il est connu comme étant celui qui a le plus touché le cœur de Dieu.   Ne te crois-tu pas capable d’en faire autant ? Désires-tu aller plus loin ? Aie confiance en Lui ! Pour vous accompagner, nous vous proposons un message puissant du Pasteur Dorothée Rajiah « Reçois une mentalité de champion » disponible sur notre chaine YouTube « PCC – Paris Centre Chrétien ».

En savoir plus
Vie Chrétienne
Pour avancer, changez votre mentalité – Cassiaus Farrell

Es-tu satisfait du niveau où tu te trouves aujourd’hui ? Sinon, sais-tu pourquoi ?   Ce message, à la fois profond et percutant de l’apôtre Cassiaus FARRELL, révèle les différents principes et connections utiles et indispensablespour changer d’abord ta mentalité afin d’avancer, de progresser et de prospérer. Découvre ces principes qui vont changer radicalement ta vie ! MESSAGE A ECOUTER ET REECOUTER ! Message disponible sur : http://www.editions-paroledefoi.com/mp3/239-conference-faith-success-accelere-.html

En savoir plus
Vie Chrétienne
Pourquoi devons nous prier ? – Dorothée Rajiah

Savez-vous que depuis l’Ancien Testament jusqu’à nos jours, la prière est l'unique moyen par lequel nous pouvons être en communication avec notre Dieu ? Dans ce message percutant et plein de révélations, Pasteur Dorothée RAJIAH vous amène à découvrir la véritable place de la prière dans la vie du croyant et pourquoi elle est si indispensable dans notre vie au quotidien. Mieux encore, Pasteur Dorothée nous révèle ce qui s'est passé depuis le commencement en Eden et pourquoi la prière est maintenant le seul moyen légal par lequel Dieu peut agit sur la terre.   Ce puissant message va vous booster spirituellement et libérer en vous une onction de prière pour obtenir la victoire ! Vous pouvez commandez ce message sur : http://www.editions-paroledefoi.com/mp3/216-la-priere-qui-change-les-choses-9082603514505.html

En savoir plus
Évangile
Comment semer sur mon lieu de travail ?

Notre lieu de travail est un merveilleux champ missionnaire sur lequel Dieu nous place pour répandre la bonne nouvelle de l’Évangile. En bon ouvrier de Sa Grande Moisson, sagesse et patience en bandoulière, apprenez à semer sur votre lieu de travail ! Christ en personne…(enfin presque !) Terrain privilégié d’une évangélisation au quotidien, notre lieu de travail est l’endroit idéal pour débuter notre grande mission : celle d’annoncer la bonne nouvelle et de « faire de toutes les nations des disciples » de Christ (Matthieu 28:19). Vous souhaitez faire connaître Jésus à votre environnement professionnel ? Rien de plus simple : soyez comme Lui ! Oui, car « nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent » (2 Corinthiens 2:15). Avez-vous remarqué comme il est si simple de reconnaître le vêtement d’un proche à son parfum ? De même, exaltez le parfum du Seigneur par votre joie, votre enthousiasme, votre professionnalisme et votre attitude agréable ! Le témoignage non-verbal est assurément la méthode d’évangélisation la plus …parlante ! En toute circonstance, cultivez les « fruits de l’esprit » (Galates 5:22), gages du caractère de Christ : un dossier difficile que personne ne souhaite traiter ? Relevez le défis et « faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes » (Colossiens 3:23). Tandis que les murmures entres vos collègues sévissent dans les couloirs, vous, au contraire « que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun » (Colossiens 4:6). Ainsi, votre style de vie et vos standards d’excellence témoigneront puissamment en faveur de Christ. Avec le temps, il est fort à parier que votre constance suscitera l’interrogation de vos collègues qui naturellement viendront à vous questionner sur le « secret » de votre positivisme à toute épreuve. Y compris vos collègues les plus réfractaires aux questions spirituelles qui, eux, seront gagnés sans parole. Aussi, saisissez l’opportunité d’une pause déjeuner ou du contexte moins formel d’un « after work » pour échanger plus en détail sur votre foi. S’adapter au terrain Qu’on se le dise, semer au travail ne signifie pas nécessairement claironner le retour imminent de Christ dans votre « open space ». Dans certaines entreprises, notamment au sein de structures gouvernementales, aborder des questions d’ordre spirituelles auprès de collègues ou du public est formellement proscrit par la loi. Au risque de vous attirer les foudres de votre hiérarchie ou d’encourir des poursuites pénales, privilégiez plutôt l’écoute de votre environnement. Le maître mot ? S’A-DA-PTER au terrain !  « Il y a quelques années, j’intervenais pour le Conseil Général de Seine-Saint-Denis en tant que psychologue auprès d’enfants en centres PMI et en crèches. Je recevais la plupart du temps des enfants violents, hyperactifs et présentant divers troubles du comportement. Un jour, je recevais pour quelques séances un petit garçon de 4 ou 5 ans, particulièrement violent et qui avait la fâcheuse réputation de mettre votre bureau sans dessus-dessous. A la première séance, ça n’a pas loupé ! Pour notre deuxième rendez-vous, alors que mes collègues me souhaitaient « bon courage ! », j’étais davantage préparée : avant et pendant toute la séance, je liais les esprits méchants et intercédais en langue, tout bas. J’en fis de même pour toutes celles qui suivirent. La maman n’en revenait pas. C’est alors je lui ai parlé de Jésus » témoigne Amélie, 39 ans, conseillère maritale auprès de couples et de familles chrétiennes à Paris. L’un sème, l’autre arrose… Gagner un collègue de travail pour Christ peut prendre plusieurs années. Ne soyez pas découragé si ce(tte) dernier(e) décline votre invitation à assister à un culte du dimanche à l’église. « J'ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître » résume avec le plus grand réalisme l’apôtre Paul (1 Corinthiens 3:6). Le Saint Esprit est le seul en mesure de convaincre un pécheur de repentance. Mais n’oubliez-pas : en tant que membre du corps de Christ, VOUS êtes l’Église, la présence de Dieu demeure en vous. Tout comme Jésus hors des murs des synagogues, sillonnant les routes à la rencontre des perdus, semez votre compassion et votre intérêt pour les personnes autour de vous. Rappelez-vous également que vous n’avez pas à « lutter contre la chair et le sang » (Éphésiens 6:12). Votre véritable combat s’engage dans le secret de votre chambre de prière où vous vous tiendrez sur la brèche pour le salut de vos collègues. Aussi, priez pour vos responsables et pour « tous ceux qui sont élevés en dignités » (1Timothée 2:2), sanctifiez votre environnement de travail par la prière, l’atmosphère ainsi saturée s’en trouvera changée ! Enfin, ne sous estimez jamais votre contribution à l’avancée du Royaume. Bien qu’imperceptible, chacune de vos semences est précieuse. Considérez plutôt le potentiel illimité contenu dans un seul noyau de cerise : en lui sommeillent non seulement un arbre merveilleux, mais un verger donnant en sa saison une multitude de fruits et de fleurs …. Sans compter meubles et parquets que son bois offrira généreusement. Il en est de même pour chacune de vos œuvres en faveur de Christ. Patience, patience ! Nos suggestions : Votre cœur bat pour le Royaume de Dieu et le salut des âmes ? vous souhaitez témoigner au monde entier de l’œuvre du Seigneur dans votre vie ? « Comment devenir un gagneur d’âmes » du Benny Hinn est pour vous. Parce qu’il n’existe pas plus grand appel que celui d’escorter les âmes vers la vie éternelle, emparez-vous des fondements d’un véritable pêcheur d’hommes.

En savoir plus
Vision
Croissance et multiplication : l’impact extraordinaire des groupes de maison à travers le monde

Quand nous regardons dans le dictionnaire la définition de l’effet papillon, nous pouvons trouver qu’il se matérialise par une chaîne d’événement qui se suivent les uns les autres ; il part d’un événement nous semblant insignifiant se trouvant au départ de la chaîne pour ensuite arriver à un événement pouvant prendre une ampleur mondiale. Si vous m’aviez demandé la signification d’un groupe de maison je vous aurais donné celle-ci. Que ce soit un groupe de maison, un groupe de famille ou une église de proximité, ces groupes ont tous le même but ; accomplir la grande mission : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. _ » (Matthieu 28 : 19-20) Le but premier d’un groupe de maison est de pouvoir atteindre nos voisins et notre quartier, afin de leur faire connaître Jésus Christ, les GDM sont donc essentiels aux églises mais surtout à ceux ne connaissant pas Christ. En effet une personne ne connaissant pas Christ aura beaucoup plus de facilité à aller dans un premier temps dans une groupe de maison plutôt qu’à aller directement dans une église. Nous avons souvent tendance à négliger les petits commencements, même si la Bible nous indique le contraire : « Celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes, et celui qui est injuste dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes. Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables ? » (Luc 16 : 10-11). Mais, en négligeant l’impact que peut avoir un groupe de maison dans la vie d’une personne nous négligeons en même temps la valeur d’un individu selon Dieu. En effet la Bible nous apprend que Dieu avait déjà des plans pour nos vies dès le sein de notre mère, qui donc sait ce que Dieu a prévu de faire avec la vie de notre voisin(e) ? Au-delà du fait qu’un groupe de maison puisse impacter la vie d’une personne ne connaissant pas Jésus-Christ, un groupe de maison aide aussi un croyant à croître spirituellement et humainement. En effet, après m’être rendu compte de la valeur des groupes de maison je n’ai pu que m’interroger sur l’effet concret que cela avait. Une personne m’a ainsi expliqué : « Mon groupe de maison m’a aidé à avoir confiance en moi et en mes capacités, il m’a aussi aidé à me rendre compte que l’église ne représente pas simplement un bâtiment mais surtout des personnes qui ont chacune une valeur propre aux yeux de Dieu. Mon groupe de maison m’a aussi aidé à faire durer l’église tout au long de la semaine, chose essentielle à mon salut ». Même si de prime abord, parler à notre voisinage de Christ nous semble de la moindre importance pour le développement du royaume de Dieu sur terre, nous ne devons pas négliger ces petites choses afin qu’elles se deviennent par la suite de grandes choses. Si vous vous posez la question sur comment évangéliser votre voisinages ou toutes personnes que vous croisez, nous vous conseillons : de rejoindre le GDM de votre choix en cliquant sur le lien suivant : gdm ce superbe livre à ce sujet : « Comment devenir un gagneur d’âmes » du Pasteur Benny Hinn  

En savoir plus
relation
5 choses à faire pour protéger son couple

1/ Prier ensemble mais aussi chacun de son côté pour maintenir son couple connecté à Dieu. L’amour que vous portez à votre conjoint doit refléter ce que Dieu déverse dans votre cœur. Votre couple doit être ainsi porté dans la prière. Malgré tous les obstacles et les dissensions affrontés dans votre quotidien à deux, assurez-vous de toujours être dans la volonté de Dieu. Malgré les insatisfactions, tournez votre cœur vers Lui et Il s’occupera de parler à celui de votre conjoint(e). Ne négligez aucun domaine manquant d’harmonie. Soyez attentif à ces petites choses et réglez leur compte dans la prière. Ne permettez pas au diable de vous voler ! battez-vous pour ce qui est à vous ! « Ne vous inquiéter de rien, mais en toutes choses faites connaître votre besoin à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâce ». Philippiens 4.6  Prière : « Que le précieux sang de notre Seigneur Jésus puisse effacer sur le cœur de mon/ ma chérie tout autre nom susceptible de me remplacer, j’inscris mon nom sur son cœur au nom de jésus, je le déclare et décrète que les noms effacés et leurs souvenirs tombent dans l’oubli par la puissance du Saint-Esprit. Amen » 2/ Réaliser que le fondement du mariage c’est l’amour. Dieu est amour et Il ne peut se trouver là où il y a de la division. Le mariage s’établit dans le cadre où Dieu le définit : il n’y a que la mort qui puisse y mettre un terme. La mesure du temps est primordiale dans un couple. Entre le jour où vous vous êtes rencontrés aux anniversaires célébrés, il peut se passer 10, 20, 30 voire 80 ans de vie commune. Matthieu 19 :16, vous le rappelle et vous met en garde : « Que nul ne sépare ce que Dieu a joint… ». Personne ne peut s’opposer à cette union fondée par Dieu et encore moins les deux acteurs du couple en charge devant Dieu et ayant cette responsabilité l’un envers l’autre. Aimez Dieu est votre priorité, et chérir Sa Parole et Ses Commandements au sein de votre union. Ayez cette même source morale et spirituelle. (1) « Faire l’amour » est une expression des plus charnelles, mais elle met bien en avant la volonté de Dieu dans l’œuvre de la procréation, bien que cela ne soit pas toujours à cette même fin. Mais que chaque rencontre soit des plus intimes, que chaque rencontre soit une nouvelle découverte, une autre « lune de miel ». Je vous conseillerais de vous y préparer, ingérez une cuillère à soupe de miel 30 minutes à 1heure avant, portez une belle lingerie attirante et au goût de votre conjoint, plantez un décor d’invitation avant votre rapport sous la couette : ce sont quelques secrets à varier selon les désirs de chacun mais qui peuvent briser la routine et rendre vos rapports épanouissants et satisfaisants pour le plaisir de chacun. Priez pour que Dieu vous accorde des rapports sexuels de qualité à chaque fois ! (2) 3/ Appliquez la loi de la semence et de la récolte. « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. »Semez l’amour dans votre couple et vous le récolterez. Semez des compliments comme exhausteurs de votre mariage et vous récolterez l’attention et l’attachement de votre conjoint. Semez la sincérité, récoltez la confiance ! Donnez les clés qui éviteront tout abus d’autorité, tout caractère possessif développé, l’insoumission ou la rébellion. Et si la moisson ne vous plaît pas, alors changez la semence ! 4/ Évoluez continuellement dans la maîtrise de votre identité. (3) Travaillez activement à être chaque jour une meilleure version de vous-même. Ne laissez germer aucune source d’égoïsme et d’égocentrisme pouvant entraîner l’immoralité (4). En tant que couple chrétien, nous n’avons pas à perdre notre salut dans notre mariage. Cette grâce divine qui nous justifie et qui nous rend pure, gardez-là au sein de votre couple, garder sa pureté et bannissez toute pensée de dépravation, d’impureté, de masturbation, d’adultère, de pornographie… Tout cela ne rend aucune gloire à Dieu ! 5/ Mettre des murailles et des tours de garde autour de votre couple. « Comme une ville forcée et sans muraille, ainsi est l’homme qui n’est pas maître de lui-même. » Proverbes 25 : 8. Nous sommes deux mais nous possédons chacun notre singularité. Comprenez comment utiliser vos différences et les rendre complémentaires. Construisez cette complicité qui vous rendra solide face à tout ce qui vous rendra extérieur, les enfants y compris. Pour finir, érigez ensemble une fortification qui vous scellera vous et votre conjoint, vous mettant à l’abri des épreuves à traverser. Vous êtes deux, mais édifier ce mariage en vous confiant en Dieu, cela est indispensable, demandez-Lui toujours sa direction. Pour pousuivre votre étude, nous vous recommandons ces quelques enseignements : Pasteur Dorothée Rajiah – Le mariage : une unité extraordinaire au service de Dieu 2. Pasteur Dorothée Rajiah – Mariage : Comment vivre dans la paix de Dieu 3. Allen Coleman – Maîtriser son identité pour réussir son mariage  

En savoir plus